Grippe, rhume, toux…comment booster naturellement le système immunitaire.

Grippe, rhume, toux…comment booster naturellement le système immunitaire.

Nez qui coule, toux, maux de gorge, fièvre, fatigue … avec la baisse des températures, vous n’avez pas échappé aux affections hivernales et son cortège de rhumes, bronchites, rhinites et états grippaux !

Notre système immunitaire nous protège contre ces agressions mais, si l’organisme est fragilisé, nos défenses naturelles sont vite débordées et ne suffisent plus à lutter contre les maux de l’hiver.

N’attendez pas que la maladie s’installe et, plutôt que de recourir en dernier ressort aux antibiotiques, privilégiez un traitement naturel pour renforcer votre organisme.

Pensez aux huiles essentielles : non seulement elles apaisent la douleur et dégagent le nez mais elles exercent également une action désinfectante, antivirale, antibactérienne et antiseptique. Les huiles essentielles de ravensara, thym, eucalyptus, niaouli, romarin et tee tree sont reconnues pour agir efficacement contre les pathologies ORL.

Pour renforcer votre organisme et vos défenses immunitaires, optez pour :

les bactéries lactiques qui, en rééquilibrant la flore digestive, stimulent la production d’anticorps,

l’échinacée et l’églantier, plantes immunostimulantes,

l’extrait de pépins de pamplemousse, meilleur antibiotique naturel riche en vitamine C pour soutenir votre système immunitaire et mieux lutter contre les maux de l’hiver,

les vitamines B et C, immunostimulantes et protectrices des infections hivernales,

le cuivre, oligo-élément stimulateur des défenses immunitaires, anti-inflammatoire et antiseptique puissant qui permet une grande résistance aux infections,

la propolis dont les propriétés bactéricides et bactériostatiques combattent les pathologies hivernales.

Profitez de la synergie protection hiver de Sofibio : 3 produits achetés, le 4em gratuit + frais de port offerts. (offre valable du jusqu’au 29 janvier 2017*)

Découvrez l’offre

 

 

Publicité

IL NE SAIT PAS ENCORE PARLER MAIS IL TOUSSE DÉJÀ TRÈS BIEN.

Tel est le slogan d’une étude récente publiée en septembre 2015 réalisée par les
chercheurs de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) qui révèle que l’exposition à la fumée de tabac pendant la période pré et postnatale est associée à une augmentation des troubles émotionnels détectés plus tard chez les enfants.

Pour mener à bien leur étude, les chercheurs se sont intéressés à un groupe de 5200 enfants scolarisés à l’école primaire, en collaboration avec des hôpitaux de 6 villes françaises (Bordeaux, Clermont-Ferrand, Créteil, Marseille, Reims et Strasbourg).

Les parents des enfants concernés ont rempli un questionnaire spécialisé, le SDQ (Strengths and Difficulties Questionnaire : questionnaire points forts et difficultés) indiquant, entre autre, si l’enfant avait été exposé au tabac jusqu’à l’âge d’un an.

Les résultats révèlent que les enfants exposés à la fumée du tabac durant la période pré et postnatale présentaient plus tard des troubles du comportement, sur le plan émotionnel (enfant peureux, instable …) et de la conduite (bagarreur, colérique …).

L’exposition au tabac pendant la grossesse et après la naissance doublerait le risque de troubles du comportement chez les enfants scolarisés en primaire, âgés en moyenne de 10 ans, la nicotine contenue dans la fumée de tabac pouvant avoir un effet neurotoxique sur le cerveau.

Autres méfaits du tabagisme passif sur l’enfant

La fumée de tabac favorise l’asthme chez l’enfant lorsque son entourage  familial fume à la maison. La plus grande vulnérabilité des enfants face aux adultes au tabagisme passif s’explique du fait que leurs poumons sont plus petits et leur système immunitaire bien moins développé que chez l’adulte. Ils respirent plus vite, inhalent donc plus de substances chimiques et leurs défenses naturelles étant moindres que celles d’un adulte, ils s’intoxiquent davantage.

Le risque de mort subite du nourrisson est doublé lorsque la mère fume et augmente en fonction du nombre de fumeurs dans la maison, du nombre de cigarettes fumées et du temps d’exposition.

Mais les dangers interviennent également avant la naissance de l’enfant : le tabagisme passif est responsable de risques de fausses couches, de naissances prématurées, d’un retard de croissance intra-utérine et de petit poids à la naissance.

Autant de raisons pour vous arrêter de fumer, pour votre propre santé, celle de vos enfants et celle de vos proches.