Pourquoi vous devez absolument adopter le saut à la corde !

Pourquoi vous devez absolument adopter le saut à la corde !

Si le saut à la corde nous rappelle notre enfance, c’est avant tout un formidable atout santé dont la pratique présente de nombreux avantages.

Le saut à la corde est l’un des exercices cardiovasculaires les plus complets que l’on puisse pratiquer. Encore plus demandeur d’énergie que la natation, le ski de fond, le vélo ou encore la course à pied, le  saut à la corde  permet le renforcement, la coordination et la stimulation de nombreux muscles.

Selon un recueil d’études de physiques, le saut à la corde pratiqué pendant 10 minutes peut brûler autant de calories qu’un jogging à un rythme de 10km/h .

Peu d’exercices sont aussi complets, et pour cause son utilité est énorme. Lors de la phase extensive, tout le corps est sous tension.  Le saut à la corde  en améliorant la posture, et l’équilibre, renforce également la tonification des muscles des mollets et l’agilité, notamment au niveau des membres inférieurs, de l’organisme. En effet, le réseau veineux des jambes est énormément sollicité lors de la pratique de l’exercice, cela permet de fuseler  les jambes et de galber les fesses. De quoi entretenir sa santé et son apparence.

Le saut à la corde améliore aussi la densité minérale osseuse et la puissance globale du corps.

Il permet  au corps d’utiliser de l’oxygène de façon efficace, pour qu’il apporte tous ses bienfaits à l’appareil respiratoire, aux vaisseaux sanguins en passant par le cœur.

La coordination nécessaire pour sauter à la corde permettrait de créer de nouvelles connexions neuronales.  Les endorphines libérées lors de la séance favorisent la relaxation tout en diminuant le stress et l’angoisse.

muscles-saut-corde

Economique et peu encombrante, vous pouvez emporter votre corde à sauter n’importe où et l’utiliser indoor ou outdoor.

Peut-on pratiquer le saut à la corde à tout âge ?

Bien sûr, c’est un sport qui peut être pratiqué par des personnes âgées de 50 ans, 60 ans voire même de 70 ans à la condition d’y aller à son rythme, même très lentement, d’avoir encore un minimum d’équilibre et de condition physique, et de faire attention à ne pas tomber.

Consigne pour les débutants

Pour pratiquer cet exercice il faut commencer doucement : 5 minutes par jour 3 fois par semaine pas plus pendant un mois pour éviter les risques de courbature. Et progressivement vous pouvez augmenter, pour atteindre 20 à 30 minutes par séance pour ne négliger aucun groupe musculaire. Parlez en à votre médecin avant de débuter n’importe quel sport, il sera de bon conseil.

Publicité

Remède naturel contre l’anxiété

Remède naturel contre l’anxiété

Petite recette du jour contre l’anxiété ,  à faire à la maison et 100% naturelle !

Ingrédients:

  • Flocons d’avoine
  • 1 Poire

Recette :

Coupez la poire en petits morceaux et placez les dans un mixeur .Ajouter 2 ou 3 cuillères à soupe de flocons d’avoine et un peu plus d’un demi-verre d’eau. Mélangez tous les ingrédients. Si vous le souhaitez, vous pouvez sucrer le tout avec un peu de miel d’abeilles naturel . Cette préparation devrait vous aider à calmer l’anxiété. Buvez tout le jus.

remedepoire

Hémoglobine et Chlorophylle

Hémoglobine et Chlorophylle
chlo
L’Hémoglobine, d’origine animale, est une molécule de sang, de couleur rouge, qui transporte l’oxygène des organes respiratoires aux tissus.
La Chlorophylle, d’origine végétale et de couleur vert clair, est l’énergie solaire synthétisée par les plantes et les algues.
La structure chimique de la chlorophylle est semblable à celle de l’hémoglobine dans le sang . L’élément central de la chlorophylle est un atome de magnésium, alors que le sang humain contient du fer.
En 1930, l’évaluation de la chlorophylle comme étant un concentré de bienfaits pour la santé humaine est affirmée lorsque le scientifique allemand Hans Fischer reçoit le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur la composition structurelle de la chlorophylle et du sang.
La Chlorophylle se distingue comme un super aliment par sa haute valeur nutritive. C’est aussi un antioxydant, est un anti-inflammatoire très efficace Consommer régulièrement de la chlorophylle permet d’apporter plus d’oxygène au sang, et d’augmenter sa production. Nos cellules sont ainsi plus oxygénées, et le cœur en bénéficie directement. Avoir plus d’oxygène dans les veines permet de dépurer l’organisme beaucoup plus facilement.
la chlorophylle est excellente pour la totalité de notre système digestif. Le côlon, le foie, la vésicule biliaire et l’estomac fonctionnent de manière plus optimale après une ingestion de chlorophylle. Cela est dû à sa capacité à dissoudre les calculs d’oxalate calcique et à les éliminer.
En phytothérapie, le laboratoire Sofibio propose la Chlorophylle la plus titrée du marché avec son . Pour en savoir plus cliquez ici

L’ÉQUILIBRE ACIDO-BASIQUE

L’ÉQUILIBRE ACIDO-BASIQUE

L’équilibre acido-basique est essentiel au bon fonctionnement de notre organisme.

Il correspond à un bon équilibre entre 2 forces complémentaires et antagonistes qui sont les bases même de la vie : les substances acides et les substances basiques (ou alcalines).

Or, notre civilisation moderne a tendance à favoriser une acidification de notre organisme.


Notre organisme produit naturellement des acides dont l’une des fonctions bénéfiques est d’empêcher le développement des bactéries pathogènes, telles les colibacilles.

Cependant, au-delà d’une certaine quantité, ces acides peuvent provoquer de nombreuses pathologies telles que :

  • dépressions, manque de vitalité, fatigue chronique, troubles du sommeil, nervosité, irritabilité,
  • douleurs articulaires, rhumatismes, arthrite, arthrose, ostéoporose,
  • perte de cheveux, ongles cassants,
  • surcharge pondérale,
  • problèmes de peau (eczéma, herpès, boutons),
  • rhumes, sinusites, otites, bronchites chroniques,
  • maux de tête, migraine,
  • baisse du système immunitaire,
  • brûlures d’estomac, renvois acides, mauvaise digestion, surcharge hépatique …

Pourquoi cette hyperacidité est-elle responsable de ces pathologies ?

Lorsque les tissus de notre organisme s’acidifient, notre corps réagit pour rétablir l’équilibre acido-basique en puisant dans ses réserves les substances minérales alcalines (système « tampon ») telles le Calcium, le Sodium, le Potassium, le Magnésium et le Fer.

Il en résulte une déminéralisation importante responsable notamment d’arthrose, d’ostéoporose, de caries dentaires.

Les acides irritent et fragilisent les tissus provoquant :

  • inflammations douloureuses des muqueuses favorisant les infections,
  • dermites séborrhéiques, eczéma, fissures, crevasses,
  • porosité de la paroi intestinale qui va permettre le passage de déchets et de toxines dans le sang (auto-intoxication) et une surcharge hépatique.

Enfin, les acides en excès perturbent l’assimilation des minéraux, vitamines et nutriments que nous absorbons par notre alimentation.

Comment l’organisme peut-il s’acidifier ?

Par notre mode de vie actuelle : stress, surmenage, manque de sommeil, fatigue, manque d’exercice physique.

Par notre alimentation : excès de sucres rapides, de produits laitiers, d’aliments acides ou acidifiants*, carence en aliments alcalins, grignotage, excès alimentaires en général.

Comment rétablir l’équilibre acido-basique ?

– en diminuant l’apport d’aliments acides ou acidifiants,

– en augmentant l’apport d’aliments alcalins,

– en mangeant lentement, dans le calme, en mâchant bien les aliments (ce qui les rend plus alcalins),

– en améliorant sa qualité de vie afin de limiter stress, surmenage et manque de sommeil,

– en pratiquant une activité physique, de préférence en plein air pour bien oxygéner l’organisme, des exercices de respiration, de relaxation.

 

Mangeons des mangues

Bon pour la vue

Les mangues contiennent beaucoup de vitamine A , indispensable pour la santé des yeux, riches en zéaxantine et en lutéine, deux puissants antioxydants puissants qui protègent les yeux des rayons UV.

Bon pour la peau

Grâce à la vitamine C qu’elle contient et quifavorise la production de collagène ce qui rend notre peau plus ferme. Utilisée comme masque, la mangue permet de nettoyer les pores de la peau.

Bon pour la digestion

Riche en fibres  la mangue facilite la digestion et aide à prévenir de la constipation. Elle contient aussi des enzymes digestives qui aident à décomposer  les protéines.

Bon pour la ligne

Délicieusement sucrées et faibles en calories, environ 100 par tasse de mangues. Selon l’Université de l’Oklahoma, une alimentation qui contient de la mangue régule l’appétit et réduit le niveau de glucose et de cholestérol dans le sang.

IL NE SAIT PAS ENCORE PARLER MAIS IL TOUSSE DÉJÀ TRÈS BIEN.

Tel est le slogan d’une étude récente publiée en septembre 2015 réalisée par les
chercheurs de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) qui révèle que l’exposition à la fumée de tabac pendant la période pré et postnatale est associée à une augmentation des troubles émotionnels détectés plus tard chez les enfants.

Pour mener à bien leur étude, les chercheurs se sont intéressés à un groupe de 5200 enfants scolarisés à l’école primaire, en collaboration avec des hôpitaux de 6 villes françaises (Bordeaux, Clermont-Ferrand, Créteil, Marseille, Reims et Strasbourg).

Les parents des enfants concernés ont rempli un questionnaire spécialisé, le SDQ (Strengths and Difficulties Questionnaire : questionnaire points forts et difficultés) indiquant, entre autre, si l’enfant avait été exposé au tabac jusqu’à l’âge d’un an.

Les résultats révèlent que les enfants exposés à la fumée du tabac durant la période pré et postnatale présentaient plus tard des troubles du comportement, sur le plan émotionnel (enfant peureux, instable …) et de la conduite (bagarreur, colérique …).

L’exposition au tabac pendant la grossesse et après la naissance doublerait le risque de troubles du comportement chez les enfants scolarisés en primaire, âgés en moyenne de 10 ans, la nicotine contenue dans la fumée de tabac pouvant avoir un effet neurotoxique sur le cerveau.

Autres méfaits du tabagisme passif sur l’enfant

La fumée de tabac favorise l’asthme chez l’enfant lorsque son entourage  familial fume à la maison. La plus grande vulnérabilité des enfants face aux adultes au tabagisme passif s’explique du fait que leurs poumons sont plus petits et leur système immunitaire bien moins développé que chez l’adulte. Ils respirent plus vite, inhalent donc plus de substances chimiques et leurs défenses naturelles étant moindres que celles d’un adulte, ils s’intoxiquent davantage.

Le risque de mort subite du nourrisson est doublé lorsque la mère fume et augmente en fonction du nombre de fumeurs dans la maison, du nombre de cigarettes fumées et du temps d’exposition.

Mais les dangers interviennent également avant la naissance de l’enfant : le tabagisme passif est responsable de risques de fausses couches, de naissances prématurées, d’un retard de croissance intra-utérine et de petit poids à la naissance.

Autant de raisons pour vous arrêter de fumer, pour votre propre santé, celle de vos enfants et celle de vos proches.

L’âge réel de notre corps est-il différent de notre âge biologique ?

L’âge « réel » prend en compte la manière dont notre corps vieillit alors que l’âge « biologique » est uniquement déterminé par notre date de naissance.

Certaines personnes vieillissent mieux que d’autres, c’est un fait, mais ce constat
n’avait, jusqu’à présent, jamais été scientifiquement étudié.

Or, des chercheurs du King’s College de Londres viennent de publier une étude dans laquelle ils affirment avoir mis au point un test permettant d’évaluer objectivement la manière dont nous vieillissons. Leurs résultats sont parus dans la revue « Genome Biology » du 7 septembre 2015.

Pour déterminer quels gènes suivre précisément, les chercheurs ont commencé leurs analyses sur près de 54 000 marqueurs génétiques chez des sujets suédois de 65 ans en bonne santé. Au fur et à mesure de l’étude, ils ont réussi à concentrer leurs tests de façon à ne garder que 150 gènes et leurs expressions dans différents tissus de l’organisme, à partir de simples analyses sanguines.

Dans leurs conclusions, les scientifiques affirment qu’il existe une « signature » bien identifiée de certains marqueurs génétiques observés chez les sujets qui vieillissent bien.

Ils ont ainsi établi une liste de marqueurs génétiques qui jouent un rôle dans la
manière dont notre corps vieillit, c’est-à-dire l’âge « réel » par opposition à l’âge « biologique ».

Ce test présenterait de nombreux avantages sur la prévention de certaines pathologies.
En prédisant si un patient va vieillir plus vite qu’un autre, de meilleurs suivis médicaux pourraient être envisagés, notamment pour le dépistage de certains cancers, de démence, de déclin cognitif lié à l’âge (Alzheimer), de DMLA … avec l’établissement suffisamment tôt d’une prise en charge adaptée.

De même, les dons d’organes actuellement conditionnés par l’âge « biologique » du
donneur pourraient être réévalués plus objectivement en tenant compte de l’âge « réel » du corps de façon à ne pas refuser des candidats au don en bonne santé.

Les multiples avantages de ce test ne permettent malheureusement pas de « ralentir » le vieillissement réel de l’organisme. Les scientifiques précisent d’ailleurs que le test qu’ils ont mis au point ne peut, à lui seul, déterminer l’âge « réel » d’une personne : d’autres facteurs entrent en compte comme l’alimentation, l’activité physique, l’hygiène de vie.