Démarrez la rentrée en pleine forme !

Démarrez la rentrée en pleine forme !

Avec la rentrée, les fraîcheurs automnales sont de retour, les jours diminuent, le changement de saison fragilise l’organisme qui devient plus sensible aux agressions extérieures, le système immunitaire est plus vulnérable.  Alors, pour renforcer les défenses naturelles et éviter les coups de fatigue, en plus d’adopter une alimentation équilibrée, notre corps a besoin de compléments nutritionnels devenus véritablement indispensables.

La vitamine C aux propriétés antioxydantes, anti-infectieuses, anti-asthéniques et antistress, combat la fatigue physique et intellectuelle, améliore la résistance aux infections en activant les réactions immunitaires.
Les vitamines B, en augmentant le métabolisme énergétique, potentialisent l’action de la vitamine C
et renforcent le système immunitaire.
Le Cuivre, puissant antiseptique, combat les états infectieux, inflammatoires et les viroses.
L’Echinacée et l’Eglantier sont des plantes reconnues pour stimuler les défenses immunitaires et
notamment les infections hivernales.
Les bactéries lactiques rééquilibrent et restaurent la flore intestinale responsable de la production
d’anticorps, cellules impliquées dans la protection de nos défenses naturelles.
La gelée royale apporte en grande quantité vitamines, minéraux, oligo-éléments et acides aminés. A la fois fortifiante et stimulante, elle renforce le système immunitaire et lutte contre la fatigue.
La Spiruline et notamment, son principe actif, la phycocyanine , possède des propriétés
immunostimulantes, revitalisantes et énergisantes sur l’ensemble de l’organisme.

ND

 

Publicité

CANCER : LA PISTE METABOLIQUE

CANCER : LA PISTE METABOLIQUE

Pour pouvoir fonctionner normalement, les cellules produisent de l’énergie en utilisant, comme carburant, du sucre (glucose). A l’aide de l’oxygène, 1 molécule de glucose permet la production de 36 molécules d’ATP (l’ATP, molécule présente dans toutes les cellules vivantes, fournit l’énergie nécessaire aux activités cellulaires).On appelle ce processus respiration cellulaire avec, dans ce cas de figure, un rendement énergétique exceptionnel.

Comment se déroule la respiration cellulaire ?

La réaction commence dans la cellule où le glucose est oxydé en 2 molécules d’acide pyruvique (ou pyruvate, acide essentiel à la production d’énergie) grâce à des enzymes spécifiques : c’est la glycolyse.

Ensuite, le processus respiratoire va se dérouler intégralement dans les mitochondries (sortes de « centrales énergétiques » des cellules). Là, au cours des réactions du cycle de Krebs (cycle biologique qui se déroule au sein de chaque cellule de l’organisme, à l’origine de la production d’énergie cellulaire et indispensable au métabolisme des glucides, protéines et lipides), l’acide pyruvique est totalement dégradé en CO2 et en hydrogène pour une production optimale d’énergie, le CO2 créant un milieu acide dans la cellule. Ce milieu acide est très important car il garantit l’intégrité de la cellule, empêche l’ADN de se diviser et donc une multiplication anarchique des cellules.

Que se passe-t-il en cas de cancer ?

Dans le cas du cancer, il y a dysfonctionnement des mitochondries. Le glucose est transformé en acide pyruvique puis en acide lactique qui est excrété hors de la cellule. Puisque l’acide pyruvique ne pénètre pas dans les mitochondries, il n’y a pas de production de CO2 si bien que l’intérieur de la cellule devient basique et l’extérieur acide. La cellule va alors fermenter et produire uniquement 2 molécules d’ATP, donc un rendement énergétique très faible. Pour compenser la faiblesse de ce rendement, les cellules cancéreuses vont consommer beaucoup plus de glucose, grossir, se diviser et envahir les tissus.

Le traitement métabolique

Il repose sur une synergie de 2 nutriments : l’acide alpha lipoïque et l’hydroxycitrate (HCA) qui ne tuent pas les cellules cancéreuses comme les chimiothérapies mais influent directement sur leur métabolisme, semblant même majorer l’efficacité du traitement conventionnel.

L’ACIDE R ALPHA LIPOIQUE

La forme R, forme naturellement présente dans l’organisme de  l’homme (contrairement à la forme S synthétique), offre une meilleure biodisponibilité. L’acide alpha lipoïque est un cofacteur d’une enzyme qui va favoriser le passage du pyruvate vers la mitochondrie et donc empêcher le processus d’accumulation du pyruvate dans la cellule et sa transformation en acide lactique, limitant ainsi le développement des tumeurs cancéreuses.

LE GARCINIA CAMBOGIA est un arbuste cultivé dans le sud-est asiatique et dont l’extrait sec de l’écorce du fruit contient 60% d’HCA. L’HCA inhibe une enzyme favorisant la croissance des tumeurs.

Pour être efficace, la prise d’acide alpha lipoïque doit s’accompagner de celle d’hydroxycitrate car, prise isolément, ces molécules ont peu d’efficacité.

Les conseils d’utilisation sont de 800 mg d’acide alpha lipoïque matin et soir et de 500 mg d’hydroxycitrate matin, midi et soir, soit 2 comprimés matin et soir d’ACIDE R ALPHA LIPOIQUE et 2 comprimés  matin, midi et soir de GARCINIA.

ND

Allergies saisonnières : Il est temps de démarrer votre traitement naturel

Allergies saisonnières : Il est temps de démarrer votre traitement naturel

La réaction allergique correspond à une réponse anormale et excessive du système immunitaire envers des substances normalement inoffensives pour l’organisme, que l’on respire, avale ou touche. Cette réaction résulte d’un contact avec une substance étrangère à l’organisme, appelée allergène, considérée à tort comme dangereuse pour nos cellules. L’organisme va alors fabriquer trop d’anticorps, les immunoglobulines IgE , responsables du déclenchement des réactions d’hypersensibilité.

Les facteurs les plus courants sont : les aliments, les acariens, les animaux, le pollen, les moisissures, le latex.

Les manifestations allergiques regroupent principalement : eczéma, urticaire, rhinite allergique, asthme, conjonctivite, œdème de Quincke, réactions aux venins après piqûre d’insectes (guêpe, abeille …).

Les allergies saisonnières

Le nombre de cas d’allergies saisonnières a augmenté de façon considérable durant ces 20 dernières années. Aujourd’hui, près d’un Français sur 5 est touché et notamment, les jeunes et les enfants. De plus, en raison du réchauffement climatique, la période de pollinisation s’est allongée et s’étend maintenant de janvier à octobre, d’où le nombre croissant de personnes allergiques dans le Monde.

Avec l’arrivée du printemps, la concentration de pollens dans l’air que nous respirons augmente et provoque des crises d’allergie chez les personnes sensibles qui se traduisent par des phénomènes de nez qui coule, éternuements à répétition, maux de gorge, conjonctivite, paupières gonflées, yeux qui grattent, démangeaisons…

L’aggravation subite de ces symptômes peut entraîner une inflammation  des voies respiratoires d’où des difficultés à respirer, une toux ou des sifflements et peut évoluer vers une forme d’asthme.

Les symptômes persisteront aussi longtemps que durera l’exposition à l’allergène, d’où la nécessité d’identifier l’allergène responsable et de s’en écarter. Le pollen se glisse facilement dans les cheveux, les poils et les vêtements. Il est donc nécessaire de se doucher et de changer de vêtements très fréquemment, de se laver les mains 3 à 4 fois par jour pour éviter de déposer du pollen près de vos yeux ou de votre nez. En période de pollinisation, aérez votre chambre tard le soir, faites sécher vos draps à l’intérieur plutôt qu’en extérieur, évitez d’ouvrir vos fenêtres en journée.

Solutions naturelles pour traiter l’allergie

Si la suppression de l’exposition à l’allergène est nécessaire pour éviter la récidive de la réaction allergique, un apport en compléments naturels peut aider à calmer les symptômes.

la quercétine est un pigment végétal naturel aux propriétés antihistaminiques et anti-inflammatoires. Particulièrement présente dans les câpres et la livèche, elle se révèle très efficace pour diminuer les réactions allergiques.

le cassis stimule les défenses naturelles de l’organisme et exerce une action anti-allergique.

le frêne possède des propriétés diurétiques et anti-inflammatoires d’où son intérêt dans la prise en charge des phénomènes allergiques.

le cumin noir contient un principe actif qui augmente les défenses immunitaires et exerce une action contre l’asthme et les allergies (pollen, poussières) en stabilisant la production des IgE responsables du déclenchement des réactions d’hypersensibilité.

la vitamine C stimule les défenses de l’organisme. Elle atténue les effets allergènes sur notre système immunitaire. De plus, l’association avec de la quercétine potentialise l’action de la vitamine C dans l’organisme en augmentant son absorption et en retardant son élimination : elles se protègent et se régénèrent ainsi mutuellement.

Découvrez les recettes d’une beauté au naturel

Découvrez les recettes d’une beauté au naturel

Notre peau, nos cheveux et nos ongles sont un reflet de notre état de santé et de notre hygiène de vie.

Si des mécanismes génétiquement programmés tels le vieillissement, les changements hormonaux, les fragilisent, d’autres facteurs comme le tabagisme, l’alcool, le stress, les changements de saisons, une alimentation déséquilibrée peuvent également être responsables de leur dégradation.

Une peau sèche, terne, l’acné, l’eczéma, des cheveux cassants, ternes, la chute de cheveux, des ongles mous, cassants, qui se dédoublent, sont quelques-uns des symptômes d’une carence nutritionnelle.

Une supplémentation en vitamines, minéraux et oligo-éléments appropriés permettra de soutenir l’action de la kératine, augmenter la synthèse de collagène et d’élastine, tous trois composants essentiels de la peau, des cheveux et des ongles et de rééquilibrer la production de sébum afin de leur redonner tout leur éclat et leur vitalité.

– La prêle, riche en silice, contribue à préserver solidité, souplesse et élasticité à la peau, aux ongles et aux cheveux.

– La bardane est une plante dépurative qui, en drainant l’organisme de ses toxines, diminue les démangeaisons, régule la production de sébum (peau grasse, acné).

– la tomate contient un principe actif, le lycopène, aux propriétés antioxydantes qui contribuent à prévenir les altérations cutanées engendrées par les UV, la pollution, le stress, le tabac.

– Le sabal et l’ortie permettent de réguler l’évolution successive de la pousse des cheveux pour leur assurer une bonne croissance.

– La cystéine et la méthionine, composants majeurs des cheveux, des ongles et de la peau, sont des acides aminés soufrés qui favorisent la synthèse de la kératine et contrôlent la production de sébum.

– Le magnésium et le potassium jouent un rôle essentiel dans le bon fonctionnement de nos cellules et donc participent à la vitalité de la peau, des cheveux et des ongles.

– Le fer, en favorisant le transport de l’oxygène par l’hémoglobine, améliore la croissance des cheveux.

– Le cuivre stimule la synthèse de la kératine. Une carence en cuivre est responsable de la dépigmentation des cheveux.

– Le zinc est indispensable à la synthèse des protéines dont la kératine. Il permet une meilleure cicatrisation de la peau et prévient la chute des cheveux. Une carence en zinc est une des causes des ongles tachés.

– Les vitamines B stimulent le renouvellement cellulaire, renforcent la vitalité des cheveux, font disparaître leur aspect terne, sec ou cassant.

 – La vitamine A hydrate et lubrifie le cheveu.

– La vitamine E protège le cuir chevelu en évitant son dessèchement.

Pour compléter l’action interne de ces nutriments, une application matin et soir sur une peau non humide d’huile de lys blanc renforce la barrière protectrice de la peau, réhydrate l’épiderme, retarde l’apparition des rides et redonne élasticité et vitalité à la peau.

LES TOPS PRODUITS BEAUTÉ : EQUISETUM PRELEACNEUMCAPIPHYTLYSIANE

Connaissez-vous les vertus du sapin ?

Connaissez-vous les vertus du sapin ?

Le sapin est un précieux fluidifiant des sécrétions bronchiques, dans les cas d’affections des voies respiratoires. Il présente, néanmoins, bien d’autres vertus médicinales, notamment grâce aux propriétés du pinène contenu dans ses aiguilles : traitement des douleurs, diminution des troubles gynécologiques, apaisement des brûlures et des plaies…

 

– La térébenthine d’Alsace ou de Strasbourg est recueillie après incision de l’écorce. elle entre dans la fabrication de différents emplâtres, crèmes et onguents destinés à combattre les affections rhumatismales et névralgies. On l’utilise goutte à goutte sur des compresses chaudes contre les bronchites chroniques et tenaces.

– L’essence ou Huile essentielle est obtenue par distillation à la vapeur des aiguilles du sapin et rentre dans la composition de désinfectants et de toutes sortes de produits pour le bain.

– Les aiguilles et les pousses renferment des substances comme terpène, glucosides, picéïne, salicinéréïne, tanin ainsi qu’une quantité appréciable de vitamine C. On les utilise alors dans ce cas sous forme d’infusion.

– Les bourgeons de sapin ou turions utilisés par la médecine sont en fait les bourgeons du pin sylvestre appelés aussi Pin Sauvage. Ils possèdent des propriétés antiseptiques et expectorantes connues de tous. Ils sont employés dans les catarrhes bronchiques, la grippe, les rhumes rebelles, et les affections pulmonaires chroniques. Leur usage est vaste (rhumes, grippe, inflammation de la vessie, rhumatismes, goutte, affections dermatologiques) mais ils sont principalement utilisés pour le traitement des maladies respiratoires.

– Des bains de branches et d’aiguilles de pin : l’infusion de pointes de branches et d’aiguilles ainsi que l’extrait d’aiguilles de pin peuvent être également utilisés dans les bains. Ces bains stimulent la peau, la circulation sanguine et la diurèse favorisant ainsi l’état général et ayant un effet relaxant.

– Les bourgeons de sapin renferment comme principaux constituants thérapeutiques, la vitamine C et l’huile essentielle. Cette huile contient l’alpha-pinène et le limonène, les principaux principes actifs du bourgeon. Les agents actifs sont préparés sous différentes présentations. La plus courante est le sirop.

 

SPECIAL DETOX DU FOIE : SOLUTIONS NATURELLES

SPECIAL DETOX DU FOIE : SOLUTIONS NATURELLES

Les fêtes de fin d’année sont propices à quelques excès alimentaires qui, s’ils sont bien agréables, peuvent provoquer la fameuse « crise de foie ».

Trop de chocolats, des repas copieux, un peu trop riches en graisses et bien arrosés, sont souvent responsables de nausées, de ballonnements, de maux de ventre, d’une langue pâteuse et d’une mauvaise haleine, d’un teint brouillé, de maux de tête avec parfois des vertiges et des difficultés à supporter la lumière.

En cause : les toxines et déchets produits en excès qui vont engorger le foie mais également tout le système digestif (vésicule biliaire, intestins, estomac).

Pour retrouver votre tonus et votre bien-être, des solutions naturelles existent.

Pour bien préparer ces fêtes, tout d’abord, suivez une petite diète durant quelques jours : buvez beaucoup d’eau, optez pour des bouillons de légumes, des fruits et légumes cuits à la vapeur, des céréales complètes, des yaourts, des viandes et poissons maigres grillés sans matière grasse.Ensuite, aidez votre foie et votre système digestif à se « purifier » grâce à des plantes traditionnellement reconnues pour leur vertus drainantes et dynamisantes.

L’artichaut

Ses feuilles renferment de la cynarine, principe actif qui permet de détoxifier le foie, de favoriser l’assimilation des graisses et de favoriser l’évacuation de la bile.

Le radis noir

La racine du radis noir est un draineur hépatique par excellence. Elle doit ses propriétés stimulantes de la vésicule biliaire, drainantes et détoxifiantes du foie, à sa richesse en acides aminés soufrés.

Le romarin

On utilise ses sommités fleuries pour stimuler les digestions lentes et difficiles.

Le chardon marie

Son fruit contient de la sylimarine, substance bénéfique pour protéger le foie. Elle stimule la vésicule biliaire et permet une meilleure élimination des toxines.

Le desmodium

Des études scientifiques ont confirmé depuis plus de 20 ans les propriétés protectrices et régénératrices du desmodium sur le foie.

Le chrysantellum

Grâce à sa richesse en flavonoïdes, le chrysantellum préserve des excès alimentaires et des abus d’alcool tout en protégeant les cellules du foie.

Le citron

Riche en acide citrique et en flavonoïdes, il permet de stimuler la sécrétion de bile dans le foie, de faciliter la digestion et de favoriser l’élimination des déchets et des toxines.

L’huile de cumin noir

Riche en thymoquinone, l’huile présente une forte action hépatoprotectrice vis à vis du stress oxydatif occasionné par différentes substances (toxines et déchets toxiques).

Comment protéger naturellement notre système intestinal ?

Comment protéger naturellement notre système intestinal ?

Notre muqueuse intestinale est garante du bon équilibre digestif et de notre bonne santé. Elle représente une importante barrière physique et immunologique entre le milieu intérieur de notre organisme et les facteurs dangereux de l’environnement.

Cette muqueuse n’est pas parfaitement étanche de façon à laisser passer, à travers les jonctions serrées, les nutriments indispensables au bon fonctionnement de notre corps.
Or, lorsque les jonctions serrées n’assurent plus l’intégrité de la muqueuse intestinale, l’intestin devient une véritable passoire qui  va laisser passer un grand nombre de substances éliminées en temps normal : fragments d’aliments incomplètement dégradés, toxines bactériennes, champignons (candida) … On parle alors d’hyperperméabilité intestinale.  S’ensuivent de nombreuses pathologies telles des intolérances, allergies alimentaires, des réactions inflammatoires, une baisse de l’immunité, une fatigue chronique.
Des solutions naturelles existent pour préserver l’intégrité de la muqueuse  intestinale, stimuler l’immunité et réduire l’inflammation.
La glutamine : Naturellement     présente dans la viande, le poisson et les œufs, la glutamine est un acide aminé essentiel à la restauration de l’intégrité de la muqueuse intestinale. Elle diminue la perméabilité intestinale et stimule les fonctions immunitaires.
Le Curcuma : Cette plante contient un principe actif, la curcumine, puissant anti-inflammatoire et antioxydant, qui permet de lutter contre les composés toxiques et réduire l’inflammation.
La Chlorophylle : Pigment photosynthétique présent dans les plantes, la Chlorophylle est un puissant régulateur de la fermentation intestinale. Elle réduit la production des toxines, protège des candidoses et permet d’accélérer la cicatrisation de la muqueuse intestinale.
Les probiotiques : Les bactéries lactiques exercent un effet barrière vis-à-vis des bactéries pathogènes, inactivent les substances toxiques, stimulent le système immunitaire en augmentant l’activité des cellules impliquées dans l’immunité.
Le MSM (méthylsulfonylméthane) : Le MSM est du Soufre organique naturel présent dans les légumes frais, les fruits, le lait de vache frais, le poisson et les fruits de mer. Il permet de neutraliser et d’éliminer certaines toxines de l’organisme, certains métaux lourds. Le MSM est également un anti-allergique naturel et un anti-inflammatoire, d’où son intérêt dans la prise en charge de l’hyperperméabilité intestinale.
La lactoferrine : Glycoprotéine naturellement présente dans le lait de vache comme dans celui de la femme, la lactoferrine permet une augmentation des bonnes bactéries et une diminution des mauvaises bactéries, stimule le système immunitaire et est particulièrement active sur les maladies inflammatoires de l’intestin.

Vite, de la Vitamine D !

Vite, de la Vitamine D !

Voici 13 cas dans lesquels des études ont prouvé qu’il fallait se supplémenter en Vitamine D

1 – La vitamine D booste l’immunité

La vitamine D joue un rôle essentiel pour activer l’immunité, éviter les rhumes et la grippe et en diminuer la durée.

Elle accroît l’activité des macrophages (ces globules blancs qui « digèrent » les bactéries) et favorise la production de peptides anti-infectieux et de cytokines anti-inflammatoires.

2 – La carence en vitamine D triple le risque cardiovasculaire

Elle joue un rôle vital chez les sujets âgés en réduisant le risque de décès, notamment par maladies cardiovasculaires.

3 – La carence en vitamine D favorise la sclérose en plaques

Pour la première fois, une étude à large échelle établit un lien entre le taux sanguin de vitamine D et le risque de sclérose en plaques. Cette étude a été menée au sein de l’armée américaine sur 257 membres du personnel.

Au total, les sujets dont les taux sériques se situaient dans la partie supérieure avaient un risque de développer une sclérose en plaques inférieur à 62 % . L’apport de vitamine D ou l’exposition aux rayons solaires (UVB) retarde ou empêche l’expression de la maladie sur des modèles animaux de sclérose en plaques (SEP).

La sclérose en plaques, mais également d’autres maladies auto-immunes comme le diabète de type 1 ou la polyarthrite rhumatoïde sont plus fréquentes dans les pays éloignés de l’équateur et dans les groupes de personnes avec des apports en vitamine D faibles, surtout avant l’âge de 20 ans.

4 – Vitamine D et cancers

Y a-t-il un lien entre le statut en vitamine D et le cancer du sein ? Afin de répondre à cette question, une équipe canadienne a étudié un groupe de 500 femmes porteuses d’une tumeur mammaire, qu’ils ont suivi sur plusieurs années.

Première surprise : au moment du diagnostic, plus d’un tiers des femmes incluses présentait une déficience en vitamine D, près de 40 % une insuffisance en vitamine D et 25 % seulement avaient un taux normal.

Seconde surprise : les femmes déficientes en vitamine D ont rechuté quasiment deux fois plus tôt que celles ayant un taux de vitamine D normal, et leur survie globale était réduite de 73 %.

Une autre étude  montre que le risque de cancer du sein serait diminué de 25 % pour les femmes ayant un taux sanguin de vitamine D élevé.

Une étude prospective sur 18 ans chez près de 15 000 hommes confirme qu’un taux suffisant de vitamine D est protecteur contre le cancer de la prostate. Les hommes ayant un récepteur de la vitamine D peu actif seraient plus à risque de présenter ce cancer s’ils sont, en plus, carencés.

Des taux bas sont également liés à une augmentation de la mortalité toutes causes confondues (+ 57 %) et de la mortalité cardiovasculaire (+ 41 %), selon une méta-analyse parue en juin 2014 dans le célèbre British Medical Journal (BMJ).

5 – Vitamine D et troubles cognitifs

Un travail britannique conduit chez les hommes de 40 à 79 ans montre que ceux qui ont de faibles taux de vitamine D échouent davantage à certains tests des fonctions cognitives. Des travaux complémentaires sont nécessaires pour voir si une supplémentation en vitamine D permet de préserver les fonctions cognitives .

Une étude réalisée sur 382 personnes d’âge moyen de 75 ans et publiée dans le non moins respecté Journal of Internal Medicine (JAMA), en septembre 2015, démontre également que la vitamine D protège d’un déclin cognitif rapide.

 

6 – Vitamine D : un puissant antiviral !

Les infections rhinopharyngées sont connues pour se transmettre très volontiers lors des rassemblements humains. Mais pourquoi avec prédilection en automne-hiver ? Un élément de réponse est proposé par une équipe américaine : ces médecins ont eu l’idée de rechercher un lien entre le taux sanguin de vitamine D, en automne-hiver, et le risque respiratoire. Une étude en double-aveugle a été menée auprès de 198 adultes sains au cours des saisons froides 2009-2010. La corrélation se fait d’elle-même. Sur les 18 participants dont le taux de vitamine D s’est maintenu dans la fourchette haute, le taux d’infection virale a été de 3 cas. Chez les 180 autres, 45 % ont été atteints. Cerise sur le gâteau, les taux les plus élevés étaient associés à une affection plus courte .

7 – Les apports en vitamine D au secours de nombreuses souffrances

Dans une étude norvégienne réalisée sur plus de 500 patients, les auteurs notent une corrélation entre un taux sérique bas de vitamine D et des maux de tête.

Une autre étude sur plus de 3000 hommes trouve des corrélations avec les douleurs chroniques.

Une étude chez les diabétiques révèle que la correction de la carence en vitamine D permet de réduire l’intensité des douleurs neuropathiques.

Une étude prospective sur plus de 290 femmes traitées par les médicaments antihormonaux dits « anti-aromatase » à la suite d’un cancer du sein, indique qu’une supplémentation corrigeant la carence a un effet antalgique.

8 – La vitamine D prévient le risque de chute chez les personnes âgées

La vitamine D ayant une action directe sur la force musculaire du fait de la présence de récepteurs spécifiques au niveau du muscle, il était logique d’évaluer son effet sur la prévention des chutes chez la personne âgée. Une étude américano-helvétique montre qu’aux doses de 700 à 1000 UI/j, elle réduit de 19 % le risque de chute.

9 – Cardiopathies sévères et déficience en vitamine D

D’après la présentation effectuée lors de la 63e édition du congrès scientifique annuel de l’American College of Cardiology, la carence en vitamine D constitue un facteur de risque indépendant de cardiopathie : des faibles taux de vitamine D étant associés à une occurrence accrue de coronaropathie plus sévère. Dans cette étude, la plus vaste du genre, visant à évaluer la relation entre le taux de vitamine D et la coronaropathie, des chercheurs italiens ont constaté une carence en vitamine D (< 20 ng/ml) chez 70,4 % des patients (N = 1484) soumis à une coronarographie .

10 – Une méta analyse confirme la corrélation entre taux faibles de vitamine D et états dépressifs

En conséquence, il semble bien que l’on puisse conseiller d’optimiser ses statuts en vitamine D dans le cadre de risques de dépression et en plus des traitements classiques de la dépression.

11 – Vitamine D et hypertension artérielle

Une équipe internationale a publié dans la prestigieuse revue Lancet, une méta-analyse prenant en compte plus de 100 000 sujets : même en tenant compte des facteurs génétiques, le taux de vitamine D a un impact réel sur l’hypertension artérielle et plus spécifiquement la systolique (le chiffre du haut).

12 – Les carences en vitamine D suspectées d’augmenter l’asthme

Une étude a démontré que les crises d’asthme étaient liées à une carence en vitamine D.
Pour parvenir à cette conclusion, ces scientifiques de l’université de Tel Aviv se sont appuyés sur les données d’un groupe de près de 308 000 Israéliens âgés de 22 à 50 ans. Leurs taux de vitamine D ont été mesurés durant 4 ans (entre 2008 et 2012).
« Statistiquement, il ressort que le risque de crise d’asthme chez les malades présentant une carence en vitamine D est de 25 % plus élevé que chez les autres », affirme le Dr Confino-Cohen, allergologue et principal auteur de l’étude. Mais pour lui, ce sont les rayons du soleil qui permettraient de réguler les réponses immunitaires, entravant ainsi l’emprise de l’asthme.

En conclusion, les auteurs de l’étude recommandent aux personnes souffrant d’asthme de faire mesurer leurs taux de vitamine D, et en cas de carence, de prendre des compléments. S’exposer de manière modérée au soleil pourrait réduire les épisodes graves d’asthme.

13 – Lutter contre la puberté précoce

La puberté précoce est un nouveau problème de santé que l’on voit apparaître et qui serait liée à l’usage des pesticides. Une étude récente [15] montrerait que l’administration de vitamine D soit un des éléments susceptibles de contribuer à normaliser ce problème.

Cliquer ici pour découvrir notre Vitamine D 100% végétale, issue du Lichen boréal.

 

Cliquer ici pour retrouver l’article original et complet 

S’endormir en une minute avec la méthode 4 – 7 – 8

S’endormir en une minute avec la méthode 4 – 7 – 8

photofunky

Il y a ceux qui ont la chance de pouvoir s’endormir sitôt la tête posée sur l’oreiller … et ceux qui tournent, se retournent, cherchent la bonne position avant de trouver le sommeil, malgré la fatigue.

Avez-vous déjà essayé cette méthode de respiration inspirée des préceptes du yoga, baptisée méthode  4 – 7 – 8 et  qui permettrait de vous endormir en 1 minute ? Voici comment l’appliquer:

Préparation

Tout d’abord, éliminez tout ce qui peut empêcher le sommeil (lumière, bruit, télévision, téléphone, tablette …).

Si vous ne pouvez pas vous allonger, restez assis, le dos bien droit, les pieds appuyés au sol et non pas les jambes croisées.

Placez le bout de votre langue contre votre palais, juste derrière les incisives, et restez dans cette position pendant toute la durée de l’exercice.

Application

  • Commencez par vider entièrement l’air de vos poumons.
  • Inspirez profondément par le nez en comptant lentement jusqu’à 4.
  • Retenez votre respiration en comptant jusqu’à 7.
  • Expirez bruyamment par la bouche en comptant jusqu’à 8.
  • Recommencez l’exercice 3 fois.

Cette stratégie simple et efficace dans la majorité des cas peut ne pas réussir du 1er coup. Elle requiert un minimum d’exercice et de concentration. Pour ceux qui ne parviendraient toujours pas à s’endormir, N’hésitez pas à renforcer cette méthode avec du DORMISPRAY .

ND

 

 

Comment renforcer naturellement votre système immunitaire

Comment   renforcer   naturellement votre système immunitaire

L’arrivée de la mauvaise saison, la baisse des températures, favorisent les refroidissements, rhumes, états grippaux, fatigue …

En temps normal, notre système immunitaire nous protège contre ces agressions mais plusieurs facteurs peuvent être responsables d’une baisse de l’immunité : les jeunes enfants et les personnes âgées sont plus fragiles, une alimentation déséquilibrée, le manque de sommeil, le stress peuvent affaiblir nos défenses naturelles et favoriser les infections récidivantes.

Il est donc parfois nécessaire de renforcer nos défenses immunitaires en augmentant les capacités de notre organisme à s’adapter aux différentes agressions qu’il subit, grâce à des solutions naturelles.

Les bactéries lactiques permettent de rééquilibrer et de restaurer la flore intestinale et donc de stimuler la production d’anticorps, cellules responsables de nos défenses naturelles.

La vitamine C améliore la résistance aux infections en activant les réactions immunitaires.

Les vitamines B augmentent le métabolisme, améliorent les fonctions immunitaires, la vitamine B2 permettant même de potentialiser l’action de la vitamine C.

La vitamine D permet une diminution du nombre et de la durée des infections et prévient les rechutes.

Le Cuivre, puissant antiseptique, est l’un de nos meilleurs protecteurs car il combat les états infectieux, les inflammations et les viroses.

L’Acérola et l’Eglantier sont des sources naturelles importantes de vitamine C.

L’Echinacée est une fleur reconnue pour prévenir  et combattre les pathologies virales de l’hiver.

La Gelée Royale fraîche, grâce à sa richesse en vitamines, minéraux, oligo-éléments et acides aminés, parfaitement assimilables, est un très bon reconstituant et stimulant des défenses naturelles de l’organisme.

La Spiruline et notamment son principe actif la phycocyanine, possède des propriétés immunostimulantes remarquables, en favorisant la synthèse des globules blancs.