Les vertus inouïes des pépins de pamplemousse

Quel est le produit que tout le monde devrait avoir dans sa pharmacie ?

L’huile de pépins de pamplemousse (ou EPP) bien sûr !

Pourquoi ?
Parce-que l’EPP contient des principes actifs, les bioflavonoïdes, qui agissent
comme un véritable antibiotique naturel, sans affaiblir le système immunitaire
ni provoquer d’antibiorésistance.

Non seulement, l’EPP s’avère efficace dans l’élimination des virus et des bactéries mais également dans celle des champignons et des parasites.

En comparaison, les antibiotiques conventionnels se limitent uniquement à une
action sur les bactéries.

L’EPP exerce une activité antimicrobienne, antifongique et immunostimulante, agit avec succès contre environ 800 types de bactéries et virus, 100 sortes de champignons (dont le Candida) ainsi qu’un grand nombre  de parasites et ce, de façon 100% naturelle, non toxique et sans effets secondaires.

De plus, il ne détruit pas les bactéries bénéfiques, préservant ainsi notre précieuse flore intestinale !

L’EPP s’utilise aussi bien en traitement interne qu’externe et pour de nombreuses
indications.

Par voie orale

Prendre environ 25 gouttes à diluer dans un verre d’eau, 3 fois par jour, plutôt au
moment des repas, pour :

les infections hivernales (rhume, grippe, bronchite, angine …),

– les infections gastro-intestinales, intoxications alimentaires, diarrhées, maladies parasitaires,

– les infections urinaires, les cystites,

– les infections récidivantes,

– le Candida albicans, les candidoses, les mycoses,

– les gastrites, ulcères de l’estomac (Helicobacter pilori),

– la fatigue chronique, l’affaiblissement immunitaire,

– les allergies,

– prévenir le risque de vers intestinaux, de parasites, lors de voyages dans des pays où l’eau et la nourriture ne sont pas toujours fiables.

Par voie externe

Pour la bouche :

– en bain de bouche, diluez environ 20 gouttes dans un verre d’eau pour les aphtes, la mauvaise haleine, les gingivites, le muguet,

– en application locale, 2 à 3 gouttes sur un coton tige pour l’herpès labial, les
lèvres gercées,

– 2 à 3 gouttes sur la brosse à dents pour éliminer le tartre, 3 fois par jour

Pour la peau :

– versez environ 5 gouttes dans une paume, frottez-vous les paumes et massez : pour l’acné, les dermatites, l’eczéma sec, le psoriasis,

– appliquez une dizaine de gouttes sur une compresse pour les piqûres d’insectes, les petites coupures, les égratignures, les brûlures légères, les verrues, les mycoses.

Pour les cheveux :

– Diluez environ 5 gouttes dans une dose de shampooing pour les pellicules, les
démangeaisons du cuir chevelu, le psoriasis.

Pour les pieds :

– appliquez environ 10 gouttes sur une compresse pour l’eczéma des orteils, les verrues plantaires, les mycoses,

– en bain de pieds, diluez 30 gouttes dans une bassine d’eau tiède pour les cors et les cals.

Pour les ongles :

2 à 3 gouttes sur un coton tige pour les mycoses et les panaris.

L’EPP est également très efficace pour les animaux et les plantes !

Animaux :

Diluez environ 60 gouttes dans un litre d’eau et utilisez en pulvérisation pour
éliminer puces, tiques, poux, soigner les petites blessures et les maladies
bactériennes.

Plantes :

Mélangez 6 à 8 gouttes dans un litre d’eau et pulvérisez vos plantes pour lutter contre les pucerons, les champignons, les moisissures.

Comment choisir un EPP de qualité pour
une efficacité optimale ?

Vérifiez que le produit est fortement titré en bioflavonoïdes, qu’il ne contient ni détergents, ni chlorure de benzéthonium, ni triclosan. Préférez un extrait
hydro-glycériné, sans alcool. Enfin, sachez que l’apport de vitamine C
potentialise l’action de l’EPP. Quel est le meilleur EPP du marché ?

Découvrez le en cliquant ici

Publicité

Attention à l’usage systématique des antibiotiques

L’OMS, organisation mondiale de la santé, lance une alerte sur l’antibiorésistance.
La résistance aux antibiotiques apparaît lorsqu’une bactérie se développe et devient résistante aux antibiotiques utilisés pour traiter les infections.
Les hôpitaux et les centres de réanimation sont touchés par ce fléau mais aujourd’hui       « n’importe qui peut à tout moment et dans n’importe quel pays être atteint d’une infection résistante aux antibiotiques ». Ceci représente « un immense danger pour la santé mondiale » a signalé lundi 16 Novembre, le Dr Margaret CHAN, directrice de l’OMS. Si aucune précaution n’est prise, les infections courantes pourront entraîner des décès dus à des maladies pourtant guérissables.
L’OMS lance jusqu’au 22 Novembre la première « Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques ». Les individus comme les sociétés et les services de santé doivent utiliser ces médicaments à bon escient et ne pas en abuser.
L’extrait de pépins de pamplemousse (EPP) est considéré comme le meilleur antibiotique naturel. Il agit rapidement contre certains germes sans affaiblir le système immunitaire. L’EPP permet d’éradiquer en quelques jours des infections courantes.

En savoir plus sur l’EPP

En prévention des pathologies hivernales, il est conseillé de renforcer ses défenses naturelles grâce à l’usage d’huiles essentielles, d’oligo-éléments, de probiotiques ciblés et de certaines plantes immunostimulantes comme par exemple l’Echynacée.
Tous ces produits naturels utilisés en première intention permettent d’éviter l’usage systématique des antibiotiques et sa conséquence, l’antibiorésistance.