L’ostéoporose : Pourquoi nos os se fragilisent- ils ?

L’ostéoporose : Pourquoi nos os se fragilisent- ils ?

L’ostéoporose se manifeste par une diminution de la densité osseuse. Cette fragilité squelettique évolue avec l’âge et touche fréquemment les femmes après la ménopause, mais aussi les hommes après 65 ans. Il est connu que les os se fragilisent en raison d’un manque de calcium, de phosphore et d’autres minéraux, de ce fait l’ostéoporose peut être liée à une carence ou plus souvent au vieillissement.

Voici les causes possibles d’un déficit osseux :

  • Ménopause (surtout ménopause précoce),
  • Alimentation déséquilibrée,
  • Grossesse,
  • Déséquilibre de la flore intestinale,
  • Déficit en vitamine D (notamment par manque d’ensoleillement en hiver, chez les personnes âgées à mobilité réduite),
  • Déficit en testostérone (notamment pour les hommes)
  • Absence d’activité physique ou une immobilisation prolongée
  • Consommation abusive de tabac et d’alcool

L’ostéoporose est une maladie indolore, la complication est cependant ressentie qu’en cas de fracture. Chez la personne atteinte, le risque de fracture augment à la moindre chute.

Trois types de fractures sont les plus fréquentes :

  • Les fractures du col du fémur
  • Du poignet
  • Des vertèbres

La prévention reste indispensable d’autant qu’elle passe simplement par l’adoption de certains mesures d’hygiène de vie. Il est bon aussi d’éviter les facteurs de risque mentionnés plus haut.

Pour tenir les os en bonne santé il faut :

  • Régulièrement pratiquer des exercices physiques : Les personnes en forme physiquement développent un meilleur équilibre
  • Manger des aliments riches en calcium : Presque toutes les cellules du corps ont besoin de calcium pour bien fonctionner.
  • Avoir un apport suffisant en vitamine D : Cette vitamine est vitale pour la santé de la masse osseuse. Elle améliore l’absorption du calcium dans l’intestin et participe à la fixation de ce minéral dans les os.

SS

 

ETATS GRIPPAUX : LES ERREURS A EVITER

ETATS GRIPPAUX : LES ERREURS A EVITER

Nez qui coule, maux de gorge, éternuement, fatigue … avec les 1ers refroidissements, difficile d’échapper au rhume et aux états grippaux ! Si certains gestes sont conseillés pour mieux vous protéger des infections hivernales, d’autres, en revanche, sont à éviter.

Trop chauffer son intérieur

Surchauffer son intérieur a tendance à assécher l’air, à déshydrater et fragiliser la sphère ORL en congestionnant les voies respiratoires. Au contraire, ne dépassez pas une température de 20° et aérez quotidiennement au moins une dizaine de minutes pour renouveler l’air et l’équilibre du taux d’humidité intérieur/extérieur.

Rester calfeutré chez soi

Vous pensez que rester bien au chaud chez soi sans ouvrir les fenêtres vous évitera d’être touché par les virus ? Erreur ! Bien au contraire, cette attitude contribue à fatiguer et affaiblir l’organisme. Aérez tous les jours, sortez, bougez, faites une activité physique douce extérieure, même en période hivernale (marche, vélo…) pour stimuler votre organisme et vos défenses immunitaires.

Commencer un régime

Ne débutez pas un régime restrictif, hypocalorique car vous affaiblirez votre système immunitaire et serez plus fragile face aux infections hivernales. Mangez varié et équilibré, suffisamment en fonction de votre activité et de la température extérieure.

Attention à l’alcool !

Si un grog ou un bon vin chaud sont appréciables et peuvent vous procurer du bien-être, n’en abusez pas car l’alcool fragilise l’organisme, réduit les défenses immunitaires et ne procure qu’une courte sensation de chaleur, suivie d’un brusque refroidissement.

Optez plutôt pour des boissons chaudes (tisanes, bouillons, soupes) pour lutter contre la déshydratation qui fragilise les muqueuses nasales.

Contact avec les personnes contaminées

Virus et bactéries se transmettent majoritairement par le contact avec une personne ou un objet contaminé.

En période hivernale, oubliez les embrassades chaleureuses et les poignées de mains ! Lavez-vous régulièrement les mains, surtout lorsque vous vous rendez dans un endroit public. De même, évitez de vous prêter vos vêtements et conservez les vôtres.

Attention au tabac !

Le tabac est nocif et tout spécialement durant la période hivernale car il fragilise les muqueuses, que vous soyez fumeur actif ou passif. Donc, arrêtez la cigarette et préservez-vous de la fumée des autres fumeurs.

Grippe, rhume, toux…comment booster naturellement le système immunitaire.

Grippe, rhume, toux…comment booster naturellement le système immunitaire.

Nez qui coule, toux, maux de gorge, fièvre, fatigue … avec la baisse des températures, vous n’avez pas échappé aux affections hivernales et son cortège de rhumes, bronchites, rhinites et états grippaux !

Notre système immunitaire nous protège contre ces agressions mais, si l’organisme est fragilisé, nos défenses naturelles sont vite débordées et ne suffisent plus à lutter contre les maux de l’hiver.

N’attendez pas que la maladie s’installe et, plutôt que de recourir en dernier ressort aux antibiotiques, privilégiez un traitement naturel pour renforcer votre organisme.

Pensez aux huiles essentielles : non seulement elles apaisent la douleur et dégagent le nez mais elles exercent également une action désinfectante, antivirale, antibactérienne et antiseptique. Les huiles essentielles de ravensara, thym, eucalyptus, niaouli, romarin et tee tree sont reconnues pour agir efficacement contre les pathologies ORL.

Pour renforcer votre organisme et vos défenses immunitaires, optez pour :

les bactéries lactiques qui, en rééquilibrant la flore digestive, stimulent la production d’anticorps,

l’échinacée et l’églantier, plantes immunostimulantes,

l’extrait de pépins de pamplemousse, meilleur antibiotique naturel riche en vitamine C pour soutenir votre système immunitaire et mieux lutter contre les maux de l’hiver,

les vitamines B et C, immunostimulantes et protectrices des infections hivernales,

le cuivre, oligo-élément stimulateur des défenses immunitaires, anti-inflammatoire et antiseptique puissant qui permet une grande résistance aux infections,

la propolis dont les propriétés bactéricides et bactériostatiques combattent les pathologies hivernales.

Profitez de la synergie protection hiver de Sofibio : 3 produits achetés, le 4em gratuit + frais de port offerts. (offre valable du jusqu’au 29 janvier 2017*)

Découvrez l’offre

 

 

Connaissez-vous les vertus du sapin ?

Connaissez-vous les vertus du sapin ?

Le sapin est un précieux fluidifiant des sécrétions bronchiques, dans les cas d’affections des voies respiratoires. Il présente, néanmoins, bien d’autres vertus médicinales, notamment grâce aux propriétés du pinène contenu dans ses aiguilles : traitement des douleurs, diminution des troubles gynécologiques, apaisement des brûlures et des plaies…

 

– La térébenthine d’Alsace ou de Strasbourg est recueillie après incision de l’écorce. elle entre dans la fabrication de différents emplâtres, crèmes et onguents destinés à combattre les affections rhumatismales et névralgies. On l’utilise goutte à goutte sur des compresses chaudes contre les bronchites chroniques et tenaces.

– L’essence ou Huile essentielle est obtenue par distillation à la vapeur des aiguilles du sapin et rentre dans la composition de désinfectants et de toutes sortes de produits pour le bain.

– Les aiguilles et les pousses renferment des substances comme terpène, glucosides, picéïne, salicinéréïne, tanin ainsi qu’une quantité appréciable de vitamine C. On les utilise alors dans ce cas sous forme d’infusion.

– Les bourgeons de sapin ou turions utilisés par la médecine sont en fait les bourgeons du pin sylvestre appelés aussi Pin Sauvage. Ils possèdent des propriétés antiseptiques et expectorantes connues de tous. Ils sont employés dans les catarrhes bronchiques, la grippe, les rhumes rebelles, et les affections pulmonaires chroniques. Leur usage est vaste (rhumes, grippe, inflammation de la vessie, rhumatismes, goutte, affections dermatologiques) mais ils sont principalement utilisés pour le traitement des maladies respiratoires.

– Des bains de branches et d’aiguilles de pin : l’infusion de pointes de branches et d’aiguilles ainsi que l’extrait d’aiguilles de pin peuvent être également utilisés dans les bains. Ces bains stimulent la peau, la circulation sanguine et la diurèse favorisant ainsi l’état général et ayant un effet relaxant.

– Les bourgeons de sapin renferment comme principaux constituants thérapeutiques, la vitamine C et l’huile essentielle. Cette huile contient l’alpha-pinène et le limonène, les principaux principes actifs du bourgeon. Les agents actifs sont préparés sous différentes présentations. La plus courante est le sirop.

 

SPECIAL DETOX DU FOIE : SOLUTIONS NATURELLES

SPECIAL DETOX DU FOIE : SOLUTIONS NATURELLES

Les fêtes de fin d’année sont propices à quelques excès alimentaires qui, s’ils sont bien agréables, peuvent provoquer la fameuse « crise de foie ».

Trop de chocolats, des repas copieux, un peu trop riches en graisses et bien arrosés, sont souvent responsables de nausées, de ballonnements, de maux de ventre, d’une langue pâteuse et d’une mauvaise haleine, d’un teint brouillé, de maux de tête avec parfois des vertiges et des difficultés à supporter la lumière.

En cause : les toxines et déchets produits en excès qui vont engorger le foie mais également tout le système digestif (vésicule biliaire, intestins, estomac).

Pour retrouver votre tonus et votre bien-être, des solutions naturelles existent.

Pour bien préparer ces fêtes, tout d’abord, suivez une petite diète durant quelques jours : buvez beaucoup d’eau, optez pour des bouillons de légumes, des fruits et légumes cuits à la vapeur, des céréales complètes, des yaourts, des viandes et poissons maigres grillés sans matière grasse.Ensuite, aidez votre foie et votre système digestif à se « purifier » grâce à des plantes traditionnellement reconnues pour leur vertus drainantes et dynamisantes.

L’artichaut

Ses feuilles renferment de la cynarine, principe actif qui permet de détoxifier le foie, de favoriser l’assimilation des graisses et de favoriser l’évacuation de la bile.

Le radis noir

La racine du radis noir est un draineur hépatique par excellence. Elle doit ses propriétés stimulantes de la vésicule biliaire, drainantes et détoxifiantes du foie, à sa richesse en acides aminés soufrés.

Le romarin

On utilise ses sommités fleuries pour stimuler les digestions lentes et difficiles.

Le chardon marie

Son fruit contient de la sylimarine, substance bénéfique pour protéger le foie. Elle stimule la vésicule biliaire et permet une meilleure élimination des toxines.

Le desmodium

Des études scientifiques ont confirmé depuis plus de 20 ans les propriétés protectrices et régénératrices du desmodium sur le foie.

Le chrysantellum

Grâce à sa richesse en flavonoïdes, le chrysantellum préserve des excès alimentaires et des abus d’alcool tout en protégeant les cellules du foie.

Le citron

Riche en acide citrique et en flavonoïdes, il permet de stimuler la sécrétion de bile dans le foie, de faciliter la digestion et de favoriser l’élimination des déchets et des toxines.

L’huile de cumin noir

Riche en thymoquinone, l’huile présente une forte action hépatoprotectrice vis à vis du stress oxydatif occasionné par différentes substances (toxines et déchets toxiques).

Les bienfaits des graines germées

Les bienfaits des graines germées

Les graines germées sont des plantes comestibles que l’on fait germer sans les planter pour les consommer.

Leur richesse nutritionnelle en font un atout de choix pour notre santé.

Avec un peu de technique et un faible investissement, vous pouvez produire vos propres graines pour votre propre consommation.

Petit tour d’horizon de ce trésor de bienfaits.

Les graines à germer

Presque toutes les graines peuvent être consommées germées. Elles appartiennent à plusieurs familles différentes :

les légumineuses : luzerne, fenugrec, haricot mungo, lentille, pois chiche,

les céréales : avoine, blé, maïs, millet, orge, sarrasin, quinoa, riz,

les oléagineux : sésame, tournesol, fruits oléagineux (noix, noisette, amande),

les légumes : brocoli, carotte, céleri, choux, épinard, fenouil, navet, oignon, poireau, persil, radis,

les mucilagineux : cresson, lin, roquette, moutarde.

Cependant, certaines ne sont pas consommables et même toxiques : tomate, aubergine, rhubarbe.

Intérêt nutritionnel

Les graines germées sont des concentrés de nutriments : vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides aminés, enzymes, acides gras essentiels, protéines.

Elles en contiennent beaucoup plus que la graine sèche et sont plus digestes, mieux assimilables et plus concentrées en nutriments que les légumes.

La germination multiplie la richesse nutritionnelle de la graine sans augmenter pour autant son apport calorique.

A titre d’exemple, la graine germée de blé contient environ 6 fois plus de vitamine C et 3 fois plus de vitamine A qu’un grain de blé.

Les graines germées apportent également des fibres d’où leur intérêt pour réguler le transit et la digestion.

Elles peuvent se consommer nature, en salade, en tartine et sandwich, incorporées aux omelettes, aux gratins, ajoutées dans les soupes ou les purées de légumes.

Comment les faire germer chez soi

Vous pouvez acheter directement des graines germées prêtes à l’emploi en sachet, dans les magasins bio et dans certains supermarchés au rayon bio.

Vous pouvez également vous procurer des graines à faire germer vous-même dans un germoir ou, à défaut, dans un bocal recouvert d’une gaze, dans une passoire, sur une assiette garnie de coton humide ou encore dans un sac en tissu aéré (lin, tulle, voile …) que l’on trempera 2 fois par jour pour l’humidifier. Procurez-vous de préférence des graines bio pour éviter toutes traces de pesticides.