La baie du miracle, le fruit magique !

La baie du miracle, le fruit magique !

Ce week-end, l’émission DEJA DEMAIN sur D8 a diffusé un reportage sur la baie du miracle (Synsepalum dulcificum)…Un fruit, originaire de l’Afrique de l’Est, d’apparence banal, mais qui pourtant est bel est bien extraordinaire. Aussi incroyable que cela puisse paraître, il a pour effet de supprimer les sensations de l’acidité et de l’amertume pendant 30 à 60 minutes, ce qui change radicalement notre perception des aliments. Lorsqu’il en goûte pour la 1ere fois le journaliste, Guy Lagache, n’en revient pas :
« Cette baie du miracle annule l’acidité et renforce, dans le cerveau, le sentiment de douceur. J’ai fait l’expérience avec du citron, c’est bluffant ! Elle pourrait être une solution aux problèmes d’obésité, de diabète. Mais, jusqu’à présent, toutes les initiatives pour la développer ont été étouffées dans l’œuf par les lobbies… » !

La baie elle-même a une faible teneur en sucre et un goût légèrement sucré. Elle contient une glycoprotéine nommée miraculine.
Dans les années 70, un entrepreneur américain nommé Robert Harvey a tenté de commercialiser la miraculine à grande échelle aux USA sous le nom de Miralin. Mais la FDA a bloqué le développement de ce nouvel édulcorant naturel sous prétexte qu’aucun test de non toxicité n’a été réalisé. A la même période, l’aspartame a, lui, été autorisé. En 2016, la commercialisation de la miraculine n’est toujours pas autorisée aux USA et en Europe (où elle est classée dans la catégorie « Nouveaux aliments ») mais elle l’est au Japon2.
La miraculine commence à être utilisée pour adoucir les médicaments amers en particulier en cancérologie depuis que fin 2005, un chercheur japonais a trouvé le moyen de conservation de ce fruit très rapidement périssable en lyophilisant les graines3. A Accra, au Ghana, les agriculteurs fabriquent des comprimés à partir du jus de fruit, d’abord surgelé puis déshydraté.
En Europe, la baie est inconnue, sauf au Royaume-Uni où elle est devenue «dernier cri» de la grande cuisine. Son utilisation dans la cuisine suscite un intérêt particulier dans le monde entier. D’ailleurs, un chef de restaurant de gastronomie moléculaire à Chicago a créé un nouveau menu complètement sans sucre pour permettre personnes à la diète, ou aux diabétiques, avides et curieux de goûter de nouvelles recettes, de le faire. Ce chef renommé ne voit pas dans la baie seulement une nouveauté culinaire, mais estime qu’elle peut aider à lutter contre la faim dans les pays en développement en transformant les aliments désagréables, comme les herbes amères sauvages en plats savoureux. Comme preuve de sa théorie il sert des cactus et autres plantes peu attrayantes accompagnées du fruit miraculeux, ceci les rendant savoureux.

Publicités

Les épices qui soignent

epicestherapeutiques

Saviez-vous que de nombreuses épices ont des propriétés thérapeutiques très intéressantes et qu’elles peuvent vous soigner ?

Utilisées en tisanes, infusions, dans l’alimentation et en phytothérapie, nous vous proposons d’en découvrir les principales.

L’anis étoilé (ou badiane) et l’anis vert contiennent une essence aromatique très efficace pour faciliter la digestion, éviter les ballonnements en fin de repas.

Leurs propriétés antivirales les préconisent également en cas de refroidissement pour dégager les voies respiratoires.

L’anis vert est particulièrement recommandé aux femmes qui allaitent car il augmente la sécrétion lactée.

La cannelle renferme une huile essentielle reconnue pour ses vertus digestives. Elle facilite la digestion, limite les ballonnements et les flatulences, régule l’appétit.

Elle est utile dans la régulation de la glycémie et donc en cas de diabète.

Son action antibactérienne permet de lutter contre plusieurs souches bactériennes alimentaires (salmonelle, listéria …).

Ses propriétés cardiovasculaires contribuent à réduire l’agrégation plaquettaire et la pression sanguine.

Le clou de girofle contient de l’eugénol, un antibactérien et antiseptique puissant, traditionnellement utilisé contre les affections virales.

Antispasmodique, il facilite la digestion.

En utilisation buccale, il agit sur les bactéries buccales impliquées dans la parodontopathie et ses propriétés analgésiques et anesthésiantes réduisent les douleurs dentaires.

Le cumin renferme une essence aromatique très efficace pour faciliter la digestion après un repas copieux. Très bon désinfectant intestinal (antibactérien et antimycosique), il possède également des propriétés stimulantes et diurétiques.

ND

 

 

Le jeûne séquentiel : un bienfait pour l’organisme

jeunesofibio

Le jeûne séquentiel permet de mettre son organisme au repos pendant quelques heures, de manière simple et sans risque.

Tour d’horizon sur ce jeûne détox rapide et facile.

Le jeûne séquentiel, qu’est-ce-que c’est ?

Cela consiste à ne pas s’alimenter pendant 12 à 16 heures en moyenne, une fois par semaine, tout en continuant à bien s’hydrater.

Le but est de permettre à l’organisme de marquer une pause et de faciliter le travail de détoxification du foie. Il permet également de mieux gérer son appétit.

Comment le pratiquer ?

Très simplement : il suffit de s’arrêter de manger vers 20 heures, par exemple, après un dîner léger et de recommencer à s’alimenter le lendemain vers 12 ou 13 heures et ce, une fois par semaine.

Durant ce laps de temps, il convient de bien s’hydrater en buvant beaucoup d’eau, de tisanes non sucrées ou de boissons drainantes .

Si le jeûne séquentiel est plus facile à pratiquer la nuit, il peut s’adapter aux envies et aux modes de vie de chacun comme, par exemple, sauter le repas du soir et prendre un petit déjeuner normal.

L’important est de mettre son corps au repos durant au moins 12 heures, au moment où cela vous semble le plus opportun.

Quels-sont ses bienfaits pour l’organisme ?

Le jeûne séquentiel aide à une meilleure élimination des déchets de l’organisme et à réduire les inflammations. Il permet de diminuer la fatigue, d’augmenter le tonus et la vitalité et de booster les défenses immunitaires. On observe une baisse de fréquence des allergies, de l’asthme, des infections et des rhumatismes ainsi qu’un teint plus clair et une peau plus saine.

De même, il contribue à retrouver les sensations liées à l’appétit, de ne pas manger sans faim, de reprendre de bonnes habitudes alimentaires par un réapprentissage des notions de faim et de satiété.

S’il n’a pas pour but de faire maigrir, il aide néanmoins à équilibrer son poids.

Il permet à l’organisme de faire une pause et de favoriser le mieux être.

Quelles-sont ses limites et ses recommandations ?

Même s’il peut être pratiqué de manière régulière et sans risque de carences, le jeûne séquentiel est déconseillé aux personnes sujettes à l’hypoglycémie, aux femmes enceintes et allaitantes, aux personnes prenant certains médicaments.

Avant de se lancer, il est donc préférable de demander conseil à son praticien de santé.

ND